L'Escargot Migrateur

« Retour à la liste des actus

Actualités

Nous allons plutôt nous réjouir ! - mercredi 3 juillet 2019 - Pouvoir d'agir | Coopération | Actualités

"Nous n'allons pas jouer l'État disciplinaire contre le marché néolibéral. Ces deux-là on déjà passé un accord."*

Non, nous allons plutôt nous réjouir.
Car nous allons transformer joyeusement ce qui pourrit.
N'y voyez rien de naïf, c’est surtout que nous avons compris que mécaniquement la joie est essentielle à toute mobilisation et métamorphose durable.

Il y a tout de même quelque chose de réjouissant dans cette époque obscure, quelque chose de gourmand à guetter d’où vient la relève, à guetter d’où se construit le renouvellement de la pensée et l’action.
Il y a tant d’intelligence et d’engagement qui affrontent cette médiocrité. Tant de révolutions qui décapitent ces structures de pensée sclérosées.

Il y a de quoi être en colère, mais il y a de quoi s’émerveiller aussi.
Et construire.
Il n’y a de joie collective que dans la construction, la transformation.

Il y a les effondrements qui viennent, mais si nous redoutons cela, nous l’espérons aussi, n’est-ce-pas ? Tout dépend de quel effondrement... Et vous ? Que souhaitez-vous voir s’effondrer ?

 

La question n’est plus de rendre lisible ce qui dysfonctionne, la question est de s’allier autrement.

S’allier autrement dans nos collectifs, dans nos réseaux, nos communautés, mais aussi s’allier autrement avec le vivant, la nature, et les animaux…
"Ils disent crise. Nous disons révolution."*

C’est le temps de changer de paradigme et de renouveler la pensée.
Sortir du patriarcat, sortir de cette individualisme gémissant. Sortir de l’enlisement capitaliste.
Et refaire collectif, refaire commun sur de nouvelles bases.

 

De notre côté, nous cherchons, guettons ces nouvelles bases sur lesquelles construire ensemble.
Nous cherchons les oasis (pour reprendre Egdar Morin). Des oasis qui produisent le changement de paradigme que nous souhaitons.
Alors l’Escargot s’encanaille de nouveaux alliés pour préparer 2020 et vous proposer de se former, de se réjouir aux contacts de savoirs et d’expériences vivifiantes ! De ces oasis !
Avec, par exemple, la venue du théâtre de voisins de Barracas à Buenos Aires en février, exemple vivifiant s’il en est. Nous apprenons à leur côté comment le théâtre et la communauté associés sont une puissance et un socle.
Avec, par exemple, de nouveaux alliés du Chiapas et de Bretagne qui construisent avec nous de nouvelles formations, de nouveaux ateliers, de nouveaux temps de rencontres.
Pour partager ce qui fonctionne, ce qui nous réjouit et transforme nos alliances en actions.
Avec de nouvelles formations comme "Alimentation, solidarité et territoires : agir collectivement pour une transformation sociale et écologique" dont la première sera à Simorre chez les compagnons du Bouche à Oreille, en co-animation avec Pauline Scherer, sociologue en recherche-action sur les questions d'aide alimentaire au Leris.

Il y a de quoi se réjouir et s’engager !

 

... Nous n'allons pas jouer l'État disciplinaire contre le marché néolibéral. Ces deux-là ont déjà passé un accord : dans la nouvelle Europe, le marché est la seule raison gouvernementale, l’État devient un bras punitif dont la seule fonction sera de re-créer la fiction de l’identité nationale par l’effroi sécuritaire. Nous ne voulons nous définir ni comme des travailleurs cognitifs ni comme consommateurs pharmacopornographiques. Nous ne sommes pas Facebook, ni Shell, ni Nestlé, ni Pfizer-Wyeth. Nous ne voulons pas produire français, pas plus que produire européen. Nous ne voulons pas produire. Nous sommes le réseau vivant décentralisé. Nous refusons une citoyenneté définie par notre force de production ou notre force de reproduction. Nous voulons une citoyenneté totale définie par le partage des techniques, des fluides, des semences, de l’eau, des savoirs… Ils disent la nouvelle guerre propre se fera avec des drones. Nous voulons faire l’amour avec les drones. Notre insurrection est la paix, l’affect total. Ils disent crise. Nous disons révolution.

Ce texte et les citations* sont extraites du livre Un appartement sur Uranus de Paul B. Preciado, dont nous vous conseillons la lecture...